Des chercheurs décodent le mécanisme du vieillissement – Pourquoi Docteur ?

Un jour, peut-être, il sera possible de prendre un médicament pour vivre plus longtemps (et en bonne santé). Depuis les années quatre-vingt-dix, les chercheurs y travaillent. Mais ils se heurtent à des complications, notamment à la connaissance du procédé génétique du vieillissement lui-même.

Une équipe scientifique du MDI Biological Laboratory parvient à décrire, dans une étude publiée dans la revue Life Science Alliance, la nature de ce mécanisme. Ces travaux pourraient servir de feuille de route à la fabrication de nouveaux médicaments pour prolonger la vie en bonne santé.

Les chercheurs ont mené leur étude sur un minuscule ver de la famille des nématodes. Il est souvent utilisé dans la recherche sur le vieillissement, en raison de sa similarité génétique avec l’homme et de sa courte durée de vie. Cela permet aux chercheurs d’étudier plus facilement des techniques destinées à prolonger la vie.

Les bienfaits de la restriction alimentaire sur la longévité

Pendant cinq ans, l’équipe scientifique a comparé les gènes de vers nourris avec un régime alimentaire normal à ceux de vers dont le régime alimentaire était restreint. La restriction alimentaire correspond à une restriction calorique sans malnutrition. Dans le passé, il a déjà été montré qu’elle augmente la durée de vie et retarde l’apparition de maladies dégénératives liées à l’âge.

Cette découverte a entrainé le développement de médicaments imitant les effets de la restriction alimentaire, sans avoir besoin de réduire les calories. Cependant, ils sont associés à des effets secondaires négatifs, notamment une sensibilité accrue au froid, une perte d’énergie et de libido. Grâce aux résultats de la présente étude, des médicaments plus précis pourraient être développés.

Des gènes “oubliés”

En effet, les chercheurs expliquent que la longévité est régulée post-transcriptionnellement, c’est-à-dire après la transcription d’un plan génétique à partir de l’ADN d’un organisme. « Nous avons constaté que des centaines de gènes sont régulés presque uniquement au niveau post-transcriptionnel », déclare Jarod Rollins, l’un des auteurs principaux de l’étude.

“Ce sont des gènes dont on ne connaissait pas auparavant le rôle dans la longévité. Ce mécanisme peut être oublié si les scientifiques se penchent uniquement sur le niveau de transcription. L’identification de ces mécanismes nous donne une meilleure idée de comment fonctionne la restriction alimentaire et ouvre la voie à de nouvelles recherches sur le vieillissement biologique”, conclue le chercheur.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Be First to Comment

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.